Questionsjuridiques
Questions juridiques

Besoin d'une réponse, ou d’une information juridique ? Le réseau Documentissime est là pour vous aider !

Posez votre question en quelques clics pour obtenir une réponse gratuite de Professionnels du Droit (Avocats, Huissiers, Notaires...)

Posez une question juridique
Professionnel concerné : Avocat
Spécialité : Droit du travail
Inaptitude au travail
Déposée le 12/12/2018
par kenavo 49140
La recherche : Bonjour
Je suis dans une impasse, tout d'abord je fais parti d'un grand groupe mondial et l’entreprise française qui m’emploi compte environ 600 salariés.
Donc voila pour la petite histoire
Il y a bientôt trois ans que je suis en arrêt de travail maintenu comme sévèrement touché psychologiquement suivi par psychologue puis psychiatre et généraliste que je consulte toutes les semaines. A ce jour j'ai encore beaucoup de mal à vivre normalement toujours suivi médicalement antidépresseur anxiolytiques et faisant des migraines pour ne rien arranger du Zomigoro.
le jour de mon arrêt de travail, j'ai consulté mon médecin du travail de l'entreprise car la souffrance était insupportable depuis des mois et des mois et lui à tout de suite vue la gravité des faits. Il a donc écrit une lettre manuscrite dictant que cette souffrance était professionnel que les rapports avec mon nouveau responsable n'était plus viable et qu'elle souhaitait me mettre en arrêt de travail avec soin avec des idées noires. Donc j'ai quitté l'entreprise et à suivi une thérapie mais pas d'accident de travail juste en arrêt de travail. Je suis parti dans une dépression profonde qui n'est pas soigné à 100 % reste tres fragile à ce jour. Convoqué par la cpam au moins 6 fois en 2.5 ans et ont tous validés mon arrêt voyant ma souffrance et que je ne pouvais reprendre ainsi. Presqu’à la fin de trois d'arrêt de travail une dernière convocation par la CPAM me disant qu'il n'avait pas le choix mais qu'il fallait qu'il arrête mes indemnités journalières reconnaissant ma souffrance mais il n'avait pas le choix que c'était ainsi. A ce jour j'ai fait appel à tous le corps médical m’étant lié (généraliste / spy / médecin du travail) pour leur demander que devais-je faire?
Nous avons donc procédé à une visite de reprise celle-ci mentionne que je ne pouvais pas reprendre mon ancien poste avec possibilité de reclassement avec des restrictions, J'ai été reçu ensuite par les RHs m'écoutant et qu'il allait rechercher un reclassement selon les critères mentionnes par le médecin du travail. 1 mois après ces visites je reçois ma lettre de licenciement par la quelle le reclassement était pas possible, des postes étaient vacants mais ne pouvaient m'être attribué faute de mes pathologies physique psychologique ou caractères de poste pas en adéquation.
J’ai résumé au mieux les grandes lignes sachant que mon histoire est beaucoup plus longue
Conclusion
Pour moi il y a eu manquement de la part des ressources humaines vis-à-vis de ma souffrance, car cette maladie est bien apparue à la suite de nombreux mois de lutte avertissant mon responsable et lui répondait « je ne peux rien pour toi » il était la pour faire le nettoyage dans le service et moi j’ai été le deuxième en ligne de mire. Il s’acharnait sur moi enfin je vivrai ’enfer… Sans compter que des membres de l’équipe indomptable avec des réunions tres agitées (lorsque le poste de responsable se libérait personne ne souhaitait postuler) c’est vous dire le coupe gorge. D’ailleurs celui qui à fait le ménage n’ai plus en poste non plus et il a fait son travail car il a réussit à éjecter tout le staff.. Mais c’est moi qui a payé le prix fort dépression et maintenant licenciement j’ai 54 ans et 27 ans dans cette entreprise avec un dossier irréprochable au cour de toute ces années, investissement personnel ou j’ai gravi les échelons pas à pas toujours dans la culture de l’entreprise….
Que dois-je faire ? Je suis convoqué le 17/12/2018 et cela sera la fin puis-je amener cette histoire au prudhomme après la signature « de mon arrêt de mort »
Ce que je demande c’est qu’ils reconnaissent les faits ? Et que je puisse partir la tête haute avec une reconnaissance pécuniaire en rapport au préjudice quel sont vos conseils ?
Mes rapports avec l’entreprise ont toujours été tres bonne meme pendant mon arrêt de travail ( convocation par les rhs pour comprendre et mener l’enquête qui s’ait averé bien relle en rapport à mes propos pour le service mais pas pour mon responsable et pourtant il a « des casseroles au derrière »)) )sans aucune accroche meme lors de la réunion de reclassement car j’étais hyper confiant comme toujours … Mais complètement déçu avec une deuxième peine infligée par cette entreprise . et un deuxième coup porté pour m’achever.

En attente de vous lire MERCI BEAUCOUP Dois je prendre un avocat mais les affaires se bousculent un peu vu la date !

Vous êtes : Le salarié
Vous souhaitez : Contester un licenciement pour inaptitude
Type d'inaptitude au poste occupé : Inaptitude partielle
Poste occupé par le salarié inapte : technicien d'atelier
Département : Maine-et-Loire (49)
Fin de validité de l'appel : 12/03/2019
Signaler un abus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK